kernel nuller Au sommaire du numéro d'avril de la revue Astronomy & Astrophysics figurent deux articles en provenance de l'équipe ERC KERNEL hébergée au Llboratoire Lagrange (CNRS-UCA-OCA) par l'Observatoire de la Côte d'Azur. Le projet ERC KERNEL met au point et utilise des techniques d'interprétation des données croisant les approches de l'interférométrie optique et de l'imagerie haut contraste.

hypertelescopeDes chercheurs de l'observatoire de Shangai, de l'institut d'optique et de l'Observatoire de la Côte d'Azur ont conçu une nouvelle optique focale qui pourrait permettre aux hypertélescopes d’imager plusieurs étoiles en même temps. Ce concept amélioré permettra d’obtenir des images à très haute résolution angulaire d’objets en dehors de notre système solaire, comme des planètes, des pulsars, des amas globulaires et des galaxies lointaines.

spiral 90Dans le cadre des Services Nationaux d'Observation labellisés par l'INSU (Institut National des Sciences de l'Univers - CNRS), le JMMC a des besoins concernant le groupe de travail Analyse et Modélisation en Haute Résolution Angulaire (AMHRA). Cette offre d’emploi s’adresse aux candidats à Astronome-adjoint au concours CNAP.

Bételgeuse
Bételgeuse

[Communiqué de presse de l'ESO] Grâce au Very Large Telescope (VLT) de l’ESO, les astronomes, dont deux chercheurs de l'Observatoire de la Côte d'Azur, ont capturé une image figurant l’affadissement sans précédent de Bételgeuse, une supergéante rouge de la constellation d’Orion. Les récents clichés témoignent, non seulement de la baisse de luminosité de la supergéante rouge, mais également des modifications de sa forme apparente.

Une équipe* de chercheurs du Laboratoire Lagrange, du Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique  et de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie a publiée un article, dans la revue Astronomy & Astrophysics, décrivant une modélisation bidimensionnelle réaliste d’Altaïr.

bennuLe retour d’échantillons des deux missions spatiales en cours, Hayabusa2 et OSIRIS-Rex, ont fourni des informations précieuses sur la nature des surfaces des astéroïdes proches de notre planète (ou autrement dit géocroiseurs), Ryugu et Bennu.
Ces astéroïdes primitifs, sombres et carbonés semblent être recouverts d’un matériau extrêmement fragile.

betlegeuse carreDepuis le mois de novembre, la supergéante rouge perd de manière notable sa luminosité, l’astrophysicien Pierre Kervella de l’Observatoire de Paris (PSL) parle d’une chute de l’ordre de 70%. Suite à une alerte donnée par des observateurs amateurs, les scientifiques créent un vaste terrain d’observation mobilisant les plus grands télescopes de la planète.

Un articlebennu vignette publié dans le journal Science daté du 6 Décembre 2019 dont deux chercheurs du Laboratoire Lagrange (UCA-OCA-CNRS) sont co-auteurs, indique que contre toute attente l’astéroïde géocroiseur Bennu, actuellement visité par la mission OSIRIS-REx de la NASA, est actif. Des éjections répétées mais sporadiques de particules de la surface de l’astéroïde ont en effet été détectées. Si d’ordinaire les astéroïdes actifs sont identifiés par des pertes de masse plus importantes que celles à la surface de Bennu, cette découverte suggère qu'il existe un continuum dans la perte de masse des astéroïdes actifs ; même si l’origine exacte de cette activité n’est pas encore établie, la fracturation thermique, la déshydratation des minéraux phyllosilicatés et les impacts de micrométéorites sont les candidats les plus probables.

Aller au haut