Introduction
mercredi 1er décembre 2010 par Ponty Yannick

La turbulence des plasmas héliosphérique ou de laboratoire reste un phénomène encore largement incompris en raison de la complexité des couplages entre les échelles et entre les divers types d’ondes, ainsi qu’entre ondes et particules. Des descriptions purement cinétiques en régime turbulent sont encore hors de portée des ordinateurs actuels. Aussi, même si de telles descriptions sont nécessaires aux échelles comparables ou inférieures rayon de Larmor des électrons (en particulier pour comprendre les mécanismes à l’origine de la dissipation d’énergie), de nombreux processus ayant lieu a échelle grande ou intermédiaire peuvent être étudiés à l’aide de modèles fluides, incorporant éventuellement les effets cinétiques les plus importants.