Transport turbulent dans l’atmosphère : fluctuations et phénomènes extrêmes
J. Bec

lundi 29 novembre 2010 par Ponty Yannick

Une majeure partie des processus physiques et chimiques ayant lieu dans l’atmosphère implique le transport turbulent de petites particules. Les outils actuels de modélisation utilisent une formulation en termes de champ moyen, dans laquelle les fortes variations des propriétés dynamiques et statistiques des particules sont négligées et où les fluctuations sous-jacentes de l’écoulement fluide sont abusivement simplifiées. Concevoir une compréhension détaillée de l’influence de la turbulence de l’air et des fluctuations extrêmes qu’elle génère sur la phase dispersée reste à ce jour un véritable défi.

Dans le cadre d’un projet financé par une bourse starting grant de l’ERC, il faut coordonner et intégrer des efforts théoriques, numériques, expérimentaux et observationnels pour développer une nouvelle compréhension statistique du rôle des fluctuations dans certains processus ciblés de transport atmosphérique. Il s’agit de la dispersion de polluants à partir d’une source, de la croissance par condensation et coagulation de gouttelettes et de cristaux de glace dans les nuages, de la déposition et re-suspension d’aérosols et des effets radiatifs des particules suspendues dans l’atmosphère. Les retombées attendues de ce projet sont entre autres de fournir un nouveau cadre pour l’amélioration et le raffinement des méthodes utilisées en météorologie et en sciences de l’atmosphère, et de répondre à la question largement ouverte des effets directs et indirects des aérosols sur le climat.